RETOUR A LA LISTE
DES ARTISTES

Alain MAILLAND

Alain MAILLAND habite une vieille ferme réhabilitée depuis 20 ans avec imagination, ouverte sur les grands versants boisés de la montagne cévenole, qu’on atteint par une minuscule « route des crêtes » aux allures de chemin de montagne. Le GPS risque de ne pas servir à grand-chose, mais c’est là que s’ouvrent les portes du royaume du tournage du bois vert.

Les ateliers s’y succèdent autour des grandes étapes du travail : forge pour fabriquer des outils très spécifiques, stockage du bois vert – c’est-à-dire qui n’a pas encore séché et qui n’est donc pas fendu -, tournage, puis ponçage – pour passer de la forme grossière issue du tournage à la forme définitive extrêmement allégée -, séchage, sablage et mise en couleur.

« Tout mon travail est basé sur la beauté et les caractéristiques de chaque bois. J’utilise principalement des racines et des loupes fraîches de ma région car ce sont des bois précieux aux motifs et couleurs extraordinaires : le pistachier, l’arbousier, la bruyère, le filaire, le micocoulier, etc. J’ai besoin de bois très fins pour réaliser ces pièces délicates.

Il existe une connexion entre toutes les espèces sur terre. Par exemple, on peut trouver des formes animales et minérales dans les racines et les végétaux, et inversement. Les règnes se croisent, les frontières sont floues. Nous les humains sommes liés avec toutes les créatures vivant sur terre. C’est ce que je ressens quand je crée mes pièces. Ces créatures semblent vivantes, je tourne d’abord des formes en croissance, comme les fleurs ou les végétaux. Pour moi la naissance de ces objets est l’incarnation de mes rêves. Grâce au tour et à mes techniques, je peux reproduire toutes les structures circulaires que l’on observe dans l’univers, de l’atome à la galaxie ».

L’artiste est né en 1959. Après des études à l'Ecole Nationale d'Art de Cergy- Pontoise, il travaille comme maçon, puis devient charpentier et crée ensuite son entreprise de charpente-menuiserie dans le sud de la France. C’est un stage en 1987 qui lui fait découvrir le tournage du bois, vers lequel il va progressivement se consacrer, développant son style, ses outils spéciaux pour sculpter des oeuvres d’une seule pièce, et partageant ses techniques avec les plus grands spécialistes mondiaux.

Alain MAILLAND est l’un des premiers en France à creuser le bois vert, pour mieux jouer sur le voile que la fibre épousera en séchant. Il explore et repousse les limites pour inventer de nouvelles formes d’inspiration marines ou végétales, aux périphéries ondulantes.

Il dispense cours et démonstrations dans le monde entier. Ses oeuvres d’une finesse extrême ont été exposées en France mais aussi en Allemagne, Angleterre, Belgique, Chine, Espagne, Etats-Unis, Luxembourg, Nouvelle Zélande, Suède, Suisse. Elles sont présentes en France au Musée du Bugey-Valromey, et dans de nombreux musées et collections en Amérique.




















cliquez sur une image
pour l'agrandir...

"Corail bleu"

madrone, acrylique, crayon, D16 H18cm

"Eureka 33"

cytise, D11 H24cm

"Fleur d'arbousier, "

racine d'arbousier D19 H31cm

"Fruit mur"

pistachier, D19 H31cm

"Petit temple des géants"

pistachier, D14 H31cm

"Pollens 1"

micocoulier, D31 H64cm

"Sea slug 1"

ébène, L42 H16 l20cm

"Sur la grève 1"

micocoulier, acrylique, crayon de couleur, 8 éléments H11 l60cm

"Sur la grève 3"

micocoulier, acrylique, crayon de couleur, 9 éléments L40 H13 l23cm

"Elegante 1"

pistachier, D20 H30cm